Le facteur 4 et la construction immobilière

Posté par | 30 juin 2014 | Politique | 0 commentaire

Introduction

Savez vous à quoi correspond le « facteur 4« ? Cette expression désigne un objectif écologique prise par la France en 2007 lors du Grenelle de l’environnement. L’enjeu de cet engagement est de réduire par 4 la pollution par émissions de gaz, responsable de l’effet de serre. Cette diminution d’émission d’énergie dénommée « facteur 4 » doit s’effectuer d’ici 2050. Pour rendre effectif cet objectif, la France et l’Union Européenne s’engagent ensemble à mener une politique écologique qui consiste à réduire significativement les consommations d’énergie fossile et la production de produits de consommation qui génèrent beaucoup de pollution. Ces pays se sont engagés également à optimiser leurs industries, en rendant plus efficient les modes de production. L’enjeu est de taille car les états doivent dans l’idéal, produire autant de richesses tout en utilisant beaucoup moins de matières premières et d’énergie. L’équation « facteur 4 » est compliquée, car il faut dire que les industries ont déjà optimisés leurs lignes de production depuis 35 ans. Donc il est difficile de multiplier encore par 4 cet effort jusqu’en 2050 et ceci pour tenir les promesses chiffrées de « facteur 4« .

facteur 4

Le facteur 4 dans le domaine de la construction

Dans le domaine de la construction, les entreprises utilisent des nombreuses sources d’énergies. La France encourage donc la mise en place d’énergies renouvelables pour la construction de bâtiments ou maisons. Il faut dire que dans ce secteur, de nombreuses énergies sont gaspillées inutilement. C’est d’ailleurs dans la construction, que la politique du « facteur 4 » est la plus réalisable. Un gain économique et écologique peut être ainsi atteint car différentes énergies peuvent être combinées et modifiées durant la période de vie des immeubles par exemple. L’enjeu « facteur 4 » est facilement réalisable dans des biens de construction neufs que dans la rénovation. Des performances énergétiques notables sont réalisées dans les bâtiments et ces économies sont programmées sur plusieurs années. Les objectifs « facteur 4 » augment donc la valeur d’un bien immobilier de par son l’économie d’énergie qu’il produit. Les biens anciens peuvent cependant également bénéficier des bienfaits des maisons neuves écolos construites à proximité. La construction de bâtiments à énergie positives sont voulu par les politiques dans le cadre des objectifs de « facteur 4« . Les biens neufs doivent devenir très faiblement énergivores. Grâce à de nombreuses recherches sur les matériaux de construction et sur les énergies propres et durables, de nouveaux équipements et matériaux sont ainsi aujourd’hui utilisés pour leurs économies d’énergie. L’enjeu « facteur 4 » a donc permis l’émergence de nouvelles réglementations notamment thermiques.

Saviez vous que le secteur du bâtiment et de la construction consommait chaque année plus de 68 tonnes d’équivalent pétrole ? Cette consommation d’énergie génère 123 millions de tonnes de C02. C’est le plus gros consommateur d’énergie en France. La facture annuelle de chauffage pour un français est en moyenne de 900 euros par an. De grandes disparités existent entre les maisons « basse consommation » et celles mal isolées c’est à dire la majorité.

Connaissez vous la rt2012 ? Non, pourtant cette réglementation thermique votée en 2012 est entrée en vigueur. La rt2012 a pour but de réduire durablement les dépenses énergétiques des ménages et collectivités. Cette réglementation est la résultante du Grenelle de l’environnement de 2009. La rt2012 doit réduire par 3 la consommation énergétiques des bâtiments. Cette dernière sera applicable à tous les permis de construire. La rt2012 a officialisée un label « bâtiments basse consommation » (BBC). Obtiendront ce label, les constructions neuves qui ne consomment pas plus de 50kWhep/(m².an) d’énergie. Pour se faire, la réglementation rt2012 obligera aux respects de plusieurs points clés lors de la construction d’un bien.

Conclusion

Le constructeur devra dorénavant limiter les besoins énergétiques du bâtiment en optimisant les systèmes d’isolation, de chauffage, d’éclairage et de refroidissement. Cette exigence d’efficacité d’énergie minimale est appelé dans la rt2012, coefficient « Bbiomax ». L’utilisation d’équipements et de matériaux performants est aussi un des point important pour obtenir le label « bâtiments basse consommation » dans la rt2012. Pour une consommation d’énergie réduite, selon l’usage, la surface et la géographie du bâtiment, un coefficient « Cepmax » est établi. Contrairement à la RT2005, la rt2012 définie les différents types de bâtiment dont elle exige un certain degré de confort sans pour autant avoir recours à un système de refroidissement. Les matériaux de construction doivent être utilisés pour qu’un seuil de température ne soit jamais atteint durant 5 jours consécutifs. Donc la rt2012 a une exigence de confort d’été selon la localisation d’un bâtiment.


Découvrez aussi des publications qui pourraient vous intéresser :

Et pour vous mettre à jour de l’évolution de la réglementation thermique 2012, continuez de lire notre actualité et nos billets de blog en suivant notre site sur les différents réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+, LinkedIn et Viadeo !


*/